accueil  >  cours  >  virus impliqués dans des pathologies humaines  >  influenzavirus A, B, C (virus de la grippe)
 

 Virus impliqués dans des pathologies humaines :


Les influenzavirus A, B, C (virus de la grippe) :

ARN monocaténaire négatif > Orthomyxoviridae > influenzavirus A, B, C (virus de la grippe)


La grippe :
La grippe est une maladie causée par une infection virale touchant le tractus respiratoire, et provoquant des symptômes marqués tels une forte fièvre, de la toux, des myalgies, des malaises... La période d'incubation dure 24 à 48 heures et précède l'apparition des premiers symptômes. La personne infectée est contagieuse durant une semaine environ, à partir du jour précédant l'apparition des symptômes.


Les virus impliqués :
Les virus causant la grippe sont de 3 types : il s'agit des Influenzavirus A, B et C qui font partie de la sous famille des Orthomyxovirus (encore appelée multinégaviridae, en référence à leur génome segmenté et par opposition aux Mononegavirales). On trouve parfois l'appelation de Myxovirus influenzae A, B et C.

Il s'agit de virus enveloppés, à ARN simple brins antisens (7 ou 8 segments), qui se présentent sous la forme de particules pléiomorphes (sphériques et filamenteuses) de 80 à 120 nm de diamètre. La nucléocapside présente une symétrie hélicoïdale.

Les influenzavirus de types A et B comportent 8 segments génomiques alors que le type C n’en a que 7.


La nature antigénique des protéines "hémagglutinine" et "neuraminidase" déterminent des sous-types de virus :
Les influenzavirus de types A et B présentent une variation antigénique importante au niveau de 2 protéines de la capside : l'hémagglutinine et la neuraminidase (ce qui n'est pas le cas du virus C, qui est antigéniquement stable).

Pour le virus Influenza de type A, une quinzaine de variations antigéniques de l'hémagglutinine (notées Hm, avec 1<m<15) et au moins neuf types de neuraminidase (notés Nn, avec 1<n<9) ont été identifiés à ce jour. Ainsi, la détermination du type antigénique d'hémagglutinine et de neuraminidase pour un isolat viral donné permettra d'en établir le sous-type, qui sera dénommé HmNn.

Chez l'Homme, seulement trois sous-types d'hémagglutinine (H1,H2,H3) et deux sous-types de neuraminidase (N1, N2) ont été mis en évidence, et ce notamment dans les combinaisons A(H1N1) et A(H3N2), qui correspondent à des souches virales impliquées dans les épidémies saisonnières.

L'émergence soudaine de souches virales humaines qui présentent un profil antigénique différent de ceux des virus circulants (phénomène appelé "antigenic shift") peut parfois provoquer une pandémie de grippe comme cela a été le cas de la grippe espagnole de 1918 (souche H1N1), la grippe asiatique de 1957 (souche H2N2), la grippe de Hong-Kong en 1968 (souche H3N2). Dans un tel cas de figure, la population n'étant pas immunisée, les conséquences sont dramatiques et les victimes nombreuses : grippe espagnole : 40 millions de morts environ ; grippe asiatique : 4 millions de morts environ ; et grippe de Hong Kong : 2 millions de morts.

Chez les oiseaux, les sous-types les plus pathogènes et entraînant la grippe "aviaire" sont porteurs de d'hémagglutinine H5 ou H7. Ainsi, la souche virale responsable de la première épidémie de grippe aviaire en 1997 (épidémie de Hong Kong), était de sous-type H5N1.


L'infection virale chez l'Homme :
Lors de l'infection virale, souvent due à l'exposition à des aérosols contaminés provenant de personnes déjà infectées, les particules virales paviennent et se lient aux cellules hotes de la muqueuse respiratoire par l'intermédiaire de leur hémagglutinine. Suite à la pénétration du virus dans ces cellules, la machinerie cellulaire est détournée au profit de l'information apportée par les particules infectieuses, ce qui entraîne la transcription de l'ARN viral et la synthèse de protéines virales et l'assemblage de la capside, phénomènes qui ont lieu dans le noyau. Ainsi, l'ARN simple brin antisens viral est transcrit par une ARN polymérase-ARN dépendante virale en ARN sens. Ce dernier va alors permettre d'une part la synthèse des protéines virales nécessaires à la constitutions de nouveaux virions, et d'autre part de donner naissance à de nouveaux ARNs antisens, qui formeront l'information génétique des particules virales filles.

Ces particules virales filles sont assemblées dans le cytoplasme et sont ensuite libérées par bourgeonnement, tuant ainsi la cellule hote. L'infection d'une même cellules par des virus différent peut éventuellement entraîner un réarrangement génomique, phénomène pouvant être àl'origine de l'émergence de nouvelles souches virales aux propriétés originales.


Vaccination :
Il est possible de vacciner contre la grippe, à l'aide d'un vaccin inactivé dont la composition varie d'année en année, en fonction des souches virales infectantes du moment (on parle d'épidémies saisonnières : de novembre à avril en France) et dont la nature est survéillée par un réseau épidémiologique mondial coordonné par l'OMS. La protection vaccinale apparaît 10 à 15 jours après l'injection et est efficace dans 80 % des cas.

Le réservoir viral est animal et plus exactement constitué d'oiseaux et de mammifères, comme peut-être les porcs. Cette vaccination est fortement recommandée après 65 ans, chez les personnes, enfants et adultes souffrant de maladies chroniques (d'origine cardiaque, immunologique, métabolique, pulmonaire ou encore cancéreuse...) ainsi que pour le personnel soignant. Les complications graves de la maladies sont de type bronchite, pneumonie, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, etc.




- Index Virus -

haut de page



Cours de biologie  |  Articles de revue  |  Études  |  Offres d'emplois  |  Pense-bête  |  Sélection de livres  |  Nouveautés livres  |  Liens  |  Forum

© 123bio.net - Tous droits réservés.