accueil  >  revues  >  l’expérimentation animale en biologie
 


L’expérimentation animale en biologie : aspect éthique et cadre législatif

Auteur : Dr. N. ZSÜRGER, Ph.D.


Introduction :

Illustration : Franck Aguila
L'expérimentation animale suscite la compassion, aussi bien dans le public qu’auprès des chercheurs qui la pratiquent. Pour réduire l’utilisation d’animaux, des méthodes alternatives se sont développées. Mais pour l'instant, ces méthodes alternatives n'apportent pas les moyens de résoudre tous les problèmes biologiques et médicaux qui restent un défi pour l’humanité. Nous savons en particulier que si les modèles cellulaires ou subcellulaires permettent l’analyse des mécanismes biochimiques du vivant, ils ne permettent pas d'extrapoler à l'organisme entier car un système vivant ne se comporte pas comme un simple empilement de cellules.

Ainsi, si l'ordinateur permet d'exploiter au mieux les données qui lui ont été confiées, actuellement aucune base de donnée n’est assez complète et aucun calculateur n’est assez puissant pour envisager de modéliser un organisme vivant pluricellulaire. En fait la plupart du temps, ces méthodes sont plus complémentaires qu'alternatives : elles apportent des outils à des travaux de recherche préliminaires et permettent ainsi de limiter le nombre d’animaux utilisés.

Mais in fine, le biologiste et le médecin ont toujours besoin d’étudier l'organisme soumis à l'ensemble des facteurs de contrôle nerveux, hormonaux et humoraux. La compréhension et la mise au point de traitements des grandes pathologies de ce siècle, comme les maladies neurodégénératives, les cancers ou les troubles du métabolisme, ne pourront se faire sans le recours à l’animal.

Pour autant, cette utilisation ne doit pas se faire en assimilant l’animal à un outil. Nos connaissances, et même tout simplement notre propre sensibilité, nous font percevoir l’animal comme un être sensible, capable de souffrir et de se souvenir de la douleur et du stress subis. Le chercheur doit constamment conserver ces notions à l’esprit lorsqu’il conçoit les conditions de détention et les protocoles expérimentaux.



Dans cette optique, Russel et Burch formulèrent en 1952 un ensemble de recommandations concernant les moyens à mettre en œuvre pour réduire l'utilisation des animaux : la règle des " 3 R ".

Trois R comme :
" Remplacer, Réduire et Raffiner "

Remplacer : chaque fois que cela est possible, remplacer les expériences sur animal par des expériences in vitro ou sur cellules ; remplacer les expériences sur des animaux "sensibles" (primates, chien, chat) par des expériences sur des animaux "moins sensibles" (rongeurs, poissons, insectes) ;

Réduire : par une planification rigoureuse des expériences, réduire au minimum indispensable le nombre d’animaux utilisés ; par exemple, en utilisant des lots d’animaux homogènes (animaux consanguins) ou en utilisant un animal comme son propre témoin, on réduira la variabilité interindividuelle et donc la taille du lot à étudier ;

Raffiner : par l’amélioration des techniques opératoires, réduire la souffrance et le stress de l’animal tout en obtenant des résultats de meilleure qualité qui n’auront pas à être répétés ; le développement des techniques d’exploration fonctionnelle in vivo (PETscan, scanner, IRM, mesures télémétriques), encore freiné par le coût des installations, devrait amener une réduction notable du nombre d’animaux utilisés, et de la pénibilité des expériences subies par l’animal de laboratoire.


Compte tenu des considérations humanitaires énoncées ci dessus, mais aussi compte tenu de la nécessité de valider de façon rigoureuse les résultats des expériences réalisées sur les animaux (autorisations de mise sur le marché des médicaments), tous les états ont mis en place une législation visant à encadrer très précisément toutes les composantes de l’expérimentation animale. En France, la législation appliquée est conforme aux directives de la CEE (décret 2001-131 publié au journal officiel du 6 février 2001).


L'on trouvera ci-après un exposé des points essentiels à retenir ainsi qu'une liste de liens utiles afin d'approfondir ce sujet :

1 / Le cadre de la loi
2 / Les expérimentateurs
3 / Les animaux
4 / Les établissements d’hébergement et d’expérimentation
5 / Les conditions d’hébergement
6 / Les conditions d’expérimentation
7 / Quelques liens utiles
L’expérimentation animale en biologie : 
aspect éthique et cadre législatif


  - L’expérimentation animale en biologie : aspect éthique et cadre législatif - page suivante
haut de page




Cours de biologie  |  Articles de revue  |  Études  |  Offres d'emplois  |  Pense-bête  |  Sélection de livres  |  Nouveautés livres  |  Liens  |  Forum

© 123bio.net - Tous droits réservés.