accueil  >  revues  >  mécanismes moléculaires de la perception olfactive
 


Les mécanismes moléculaires de la perception olfactive.

Auteur : Dr. Valéry MATARAZZO - CNRS UPR 9024 - Laboratoire de Neurobiologie - Marseille, France.

Adresse actuelle : Johns Hopkins Medical Institute - Department of Neurosciences, Baltimore, MD, USA -


C - Mécanismes moléculaires de la transduction et de la régulation du signal olfactif :

C2. Les voies de signalisation :
C2.2. la voie par l'inositol triphosphate (IP3) :


L'IP3 est un second messager produit par l'hydrolyse d'un phospholipide, le phosphatidyl inositol 4,5-bisphosphate (PIP2). Une voie de signalisation mettant en jeu cette voie de signalisation a tout d'abord été détectée chez les vertébrés inférieurs (Huque et Bruch, 1986) et l'insecte (Boekhoffa et al., 1990). Cette voie a été validée aussi chez les mammifères puisque l'application de certains odorants sur les cils olfactifs induit une augmentation de la concentration d'IP3 (Breer et al., 1990; Boekhoffb et al., 1990; Ronnett et al., 1993). La réponse de l'IP3 est inhibée par la toxine pertussique alors que celle de l'AMPc persiste, ce qui suggère l'implication de protéines-G différentes pour ces deux messagers (Boekhoffb et al., 1990). Bien qu'une immunoréactivité pour Gq ait pu être localisée dans les cils olfactifs, celle-ci n'est pas sensible à la toxine pertussique. Comme nous l'avons vu auparavant, la protéine Go peut aussi être un candidat dans la voie IP3 d'autant plus qu'elle est sensible à la toxine de pertussique. La protéine-G impliquée dans cette voie n'est pour le moment pas autant clairement définie que la protéine Golf pour l'AMPc. La question reste donc ouverte de savoir s'il s'agit de Go ou Gq (Fadool et al., 1995; Schandar et al., 1998).

Quoiqu'il en soit, selon Restrepo et son équipe (1996), la phospholipase de type C est activée après stimulation olfactive et son activité est bloquée en présence de son inhibiteur, la néomycine. Si dans la plupart des tissus, l'IP3 libère le calcium des stocks endoplasmiques en agissant sur des sites récepteurs situés sur la membrane du réticulum, dans les cils olfactifs, la cible de l'IP3 est plutôt située sur la membrane plasmique (Kalinoski et al., 1992). L'immunohistochimie menée à l'échelle de la microscopie électronique a confirmé qu'un récepteur à l'IP3 est localisé sur la membrane ciliaire (Cunningham et al., 1993). L'IP3 dialysé dans le cytoplasme par l'intermédiaire d'une pipette de patch clamp a montré qu'il s'agit d'un canal ionique IP3-dépendant et qu'il présente une conductance calcique précoce et spécifique (Restrepo et al., 1990; Hatt et Ache, 1994; Fadool et Ache, 1994; Honda et al., 1995). D'autres conductances plus tardives seraient dépendantes de la concentration intracellulaire en calcium. L'entrée de calcium par le canal IP3-dépendant conduirait à l'activation d'un canal cationique non sélectif dépendant du calcium (Schild et Lischka, 1994; Schild et al., 1995). L'entrée de calcium agirait aussi sur un canal potassique calcium-dépendant (Morales et al., 1995). Ce canal K+-Ca2+dépendant appartient aux canaux potassiques de type BK puisqu'il est bloqué par la charybdotoxine. Dans les cellules olfactives de poisson chat et de homard, il a été postulé que ce canal pourrait intervenir dans la repolarisation de la membrane lors de stimulations prolongées (Miyamoto et al., 1992; Morales et al., 1997).

Cependant, bien que les données sur la cascade de signalisation mise en jeu par l'IP3 soient riches, d'autres, plus en amont dans la cascade, sont incomplètes notamment en ce qui concerne l'activateur de la phospholipase C (protéine G). Chez les vertébrés, l'implication de la voie IP3, dans la transduction olfactive, est même pour une part remise en cause. Pour certains auteurs, la néomycine (inhibiteur de la phospholipase C) ou le ruthénium rouge (bloquant du canal IP3) ne seraient pas spécifiques puisqu'ils pourraient tous deux bloquer le canal cationique AMPc-dépendant (Ma et Michel, 1998). Si les souris déficientes pour la protéine Golf, l'adénylate cyclase de type III ou le canal cationique AMPc dépendant présentent dans les trois cas une anosmie totale (Belluscio et al., 1998; Wong et al., 2000; Brunet et al., 1996), quelle fonction rempli l'IP3 dans la transduction sensorielle ?
haut de page 
page précédente sommaire page suivante


Cours de biologie  |  Articles de revue  |  Études  |  Offres d'emplois  |  Pense-bête  |  Sélection de livres  |  Nouveautés livres  |  Liens  |  Forum

© 123bio.net - Tous droits réservés.